Tant qu'il y aura de la vie



L'avenir me semble si incertain maintenant, j'ai été touchée en plein cœur à chaque événement si terrible, je me suis indignée et n'est pas bien compris ce qu'il se passait. Et puis j'ai pris conscience que je ne pouvais plus me faire souffrir comme ça. Je me rappelle si bien quand je vivais au Mexique, là ou l'horreur était si présente, comme les gens étaient si indifférents à cette horreur, au fond ça me révoltait, je me demandais comment on pouvait être si indifférent et puis maintenant je comprend. Non pas qu'on s'habitue aux événements tragiques mais qu'il faut vivre.
Mes textes sont souvent un peu décousus, je me retrouve mieux dans ceux des autres alors je vais vous partager quelques phrases des blogs que je lis, sur la toile et qui m'aident au quotidien.

La phrase de Mai : "100 personnes meurent à Istanbul, Bruxelles, Nice ou Orlando… et nous sommes des millions tout autour de la terre pour les pleurer… c’est vraiment grand, très grand. Et ça ne doit jamais changer. Ils ne peuvent rien contre ça. Continuons de chérir l’humanité".


Le blog que j'aime énormément c'est celui de Lili Barbery-Coulon qui a très souvent la justesse dans ces mots. " Tenir bon " c'est le titre de son dernier article, je cite :  "Par ailleurs, je suis convaincue qu’en parlant tout le temps de ces événements ignobles, nous offrons une tribune phénoménale à nos ennemis. Nous leur donnons un pouvoir bien plus grand que celui dont ils disposent. Nous faisons grimper notre seuil de colère et de haine et nous ne savons plus vers qui ou vers quoi diriger ces émotions. Surtout, en diffusant des informations sur ces criminels, en montrant leurs photos, en mettant en avant leurs noms, nous motivons de nouvelles recrues qui ne rêvent que d’une chose : devenir à leur tour de nouveaux héros de cette guerre insensée. Je prends grand soin d’oublier les noms des terroristes qui ont déjà sévi. Oublier leurs visages. Je ne veux pas me souvenir d’eux. Si les médias et si chacun d’entre nous prenons la responsabilité d’en faire des anonymes, je suis certaine que nous démotiverons certaines âmes malades en quête de célébrité macabre."

Aussi, j'ai adoré lire les 10 commandements de Dennis Paphitis, histoire de se booster un peu.

Cela m'a fait un bien fou de lire l'article de Victoria su blog Mango&Salt, mais aussi les commentaires de ces lectrices. 

"La douceur de mon t-shirt chouchou. La douce brise sur mon balcon. Un bon bouquin qui me transporte. Les oiseaux qui s’ébrouent dans l’eau. La couleur et le parfum des fleurs. La fierté du travail accompli. Les bons souvenirs que je garde comme un trésor. Une boisson fraîche qui désaltère. La joie de vivre d’un petit chien au parc. Les mains et les corps serrés, qui parlent plus que des mots. Les rires innocents des enfants. L’air pur de la mer. Les fruits juteux et colorés. La beauté pénétrante d’un air de musique. La chaleur du soleil sur ma peau. Les étoiles d’un ciel d’été. La magnificence des paysages du monde. La nature qui s’endort puis s’éveille, toujours."
"Me balader et prendre soin de mon Golden retriever, écouter des playlist Spotify qui aspirent à la détente et l’évasion. Prendre soin de mes proches qui en ont besoin, envoyer des cartes postales, des photos de mes rando, bref partager pour transmettre ce que je vis à un maximum de personnes. Et surtout contempler cette beauté sauvage et majestueuse qu’est la montagne, avec ses lacs bleus aux eaux transparentes, la faune et la flore, les torrents, les rivières… Tout a l’air d’être en harmonie ici. L’homme devrait d’ailleurs s’inspirer de cette nature si fragile mais qui a tant à nous enseigner".


Les jolis mots d'Elisa pour ces enfants : "J’ai toujours su que je ne vous laisserai ni titre ni fortune, je m’en fichais bien, je savais que vous offrir une enfance aussi belle que possible, l’assurance d’avoir été aimé plus que tout, et un millier de jolies expériences était tellement plus important.
Aujourd’hui, alors que je doute et que j’ai peur, je me rassure en me disant que je vais vous transmettre cette philosophie de l’instant présent.Celle de continuer à voir le beau en tout, d’être heureux de ce que l’on a, de ne pas perdre son temps à regretter ce que l’on ne possède pas.Je ne peux malheureusement pas contrôler ce que l’avenir vous réserve, je ne peux même pas me battre contre les méchants, alors que vous me croyez assez forte pour combattre les dragons. Mais je peux vous apprendre à savourer, à rire, à danser et à écouter de la musique. Je peux vous éveiller à chérir et défendre votre liberté. Je peux vous suggérer aussi, de choisir ce qui vous fait du bien, et de vous entourer de ceux qui sont bons pour vous, de ceux qui vous acceptent tels que vous êtes. Je ne demande que ça: que vous gardiez toujours cette joie, la seule capable de vous donner l’énergie de croquer la vie…"
Je vous souhaite une belle journée ensoleillée. 

4 commentaires:

  1. Moi j'admire toutes ces personnes avec tous ces événements j'ai besoin de nature , j'ai une sensation d'étouffement permanent .. J'ai envie de jolie choses et de douceur car je me perd dans ce monde .. On a toujours pensé que j'était courageuse mais je ressent beaucoup de failles .. Suis je en colère je ne sais même pas si c'est le terme justement parce que en faite je comprend pas .. Je comprend pas ce qu'il se passe et cette accès de violence et de pouvoir dans notre monde (angelika )

    RépondreSupprimer
  2. Aimons, Voyageons, Partageons, Mangeons, Buvons, Parlons, VIVONS ! C'est tout ce qu'il y a faire je crois <3

    RépondreSupprimer

© Lilimoncello
Design:Maira Gall.